Virginie GEORIS, psychologue

Tél : 0495/314132

virgi georisJe suis psychologue, psychothérapeute, d’orientation psychanalytique. Diplômée de l’université de Liège.

Munie de différentes formations continues (l’observation du nourrisson selon la méthode d’Esther Bick, Psychothérapie psychanalytique à médiations, EMDR,..), mon regard est centré sur la personne et sur ce qui se joue dans la relation thérapeutique. Une place privilégiée est accordée à la vie inconsciente, à comment se sont organisées les relations premières, aux modèles relationnels qui sont ancrés en chacun de nous, à ce que nous reproduisons souvent à notre insu.

Il s’agit d’un travail d’élaboration psychique qui passe notamment par des aller-retours dans le corps et la vie émotionnelle mais aussi des aller-retours passé/présent.

Le corps détient souvent des clés pour comprendre son histoire, sa difficulté actuelle ou récurrente.  L’utilisation de la parole, mais aussi le travail du rêve, le dessin,…sont des outils précieux pour connecter les éléments entre eux et donner du sens à ce qui est traversé.

Une personne peut s’adresser à moi pour tous problèmes de malaise psychique (humeur dépressive, burn-out, peur sociale, besoin de faire le point, TOC, vie adolescentaire difficile,…)  Qui suis-je ? Comment me suis-je construit(e) ? Pourquoi suis-je traversé(e) par des angoisses ? En quoi ma vie inconsciente à une influence sur qui je suis aujourd’hui ?
Le travail d’élaboration débouche sur une meilleure compréhension de ce dans quoi la personne se trouve et permet de dénouer certains thèmes qui empêche d’être tranquille.

De manière plus spécifique, je pratique l’EMDR, notamment dans la thérapie des stress post traumatiques mais pas seulement.

Un événement peut avoir traumatisé et laisse alors la personne comme bloquée dans ce qui est arrivé (viol, accident, décès, catastrophe naturelle, attentat,…). Les effets directs de cet événement non-digéré se manifeste sous différentes formes mais peuvent prendre l’aspect de pensées intrusives, d’un état de déprime, d’angoisses, d’une difficulté à évoquer le souvenir sans être submergé par les émotions dans un « comme si on y était encore ». Cette thérapie, qui souvent s’inscrit dans une thérapie plus large, rend au cerveau sa capacité innée à digérer un événement, en se centrant sur tous les aspects du souvenir et en stimulant certaines parties du cerveau (http://www.integrativa.be)

Publicités